Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • 1) Commentaire de boulet posté le 30 November -0001 à 00:00:00
  • 2) Commentaire de Sylvain Métafiot posté le 20 September 2011 à 12:28:01
    Cher Boulet, Je profite du nouvel habillage du site pour apporter un tant soit peu d'eau à votre moulin concernant la soi-disant imagination des enfants. En effet, je n'ai pu m'empêcher de penser à cette hilarante note lorsque je suis tombé sur un petit article de Nicolas Tenaillon, dans le Philosophie Magazine de juin 2011, qui développe l'affirmation de Jean Piaget selon laquelle "L'enfant n'a pas d'imagination" (La formation du symbole chez l'enfant, 1946). je me permet donc de vous le reproduire ici-même : ""Cholé invente des histoires incroyables ! Et si vous voyiez les dessins d'Arthur..." C'est entendu : l'enfant imagine plus et mieux que nous. Aussi regardons-nous avec délectation, parfois avec nostalgie, cet âge où tout est possible. "Au fond, l'enfant n'a pas d'imagination." Cette affirmation étonne car elle ne cadre pas avec le système de son auteur. Piaget soutient ailleurs qu'entre 2 et 7 ans, l'enfant entre dans l'âge de la représentation symbolique : il ne pense pas, mais voit mentalement ce qu'il évoque. N'est-ce pas dire qu'il imagine ? De fait, c'est seulement à partir de 7 ans qu'il parviendra à dissocier les opérations logico-arithmétiques et les aspects figuratifs de la pensée. Cette faculté de représentation symbolique n'est-elle pas ce qu'on appelle l'imagination ? Non car elle n'est pas une faculté positive, mais plutôt un obstacle au travail d'abstraction. Elle intervient dans une évolution qui vise "son amoindrissement" par réintégration dans l'intelligence. Son destin est de disparaître, l'enfant la subit plus qu'il ne l'utilise librement. Ce que le sens commun attribue à l'imagination de l'enfant "se réduit à l'incohérence et surtout à l'assimilation subjective". Piaget s'appuie sur deux concepts : l'assimilation, où le monde est intégré au moi, et l'accommodation, où le moi s'adapte au monde. L'équilibre qui s'instaure entre ces deux pôles résulte d'une lente maturation. L'âge soi-disant le plus imaginatif correspond au moment où "l'égocentrisme enfantin" triomphe : le réel est assimilé fictivement au désir de l'enfant qui se libère ainsi "des nécessités de l'accommodation". Mais les jeux de l'enfant témoignent plus du souci de combler ses lacunes cognitives que du libre exercice d'un réel pouvoir créatif. L'enfant n'imagine pas : il imite, mais mal. Il donne à la réalité extérieure les traits de son propre moi ou de ses parents. "L'enfant se représente le monde comme une société d'êtres obéissants à des lois morales et sociales", ou bien il tend à "considérer les choses comme le produit de la fabrication humaine". Ainsi, pas plus que nous ne maîtrisons les images de nos rêves, l'enfant ne possède-t-il vraiment ses propres images mentales. Ce qui motive les associations qu'il invente dans ses jeux relève de la compensation pour se libérer des contraintes de l'adaptation. Mais, lorsque l'enfant grandit, "le symbole devient de moins en moins déformant" et l'imagination s'éteint. Elle aura été que le nom illusoire donné à un déséquilibre constitutif dans la vie psychique de l'enfant." Au plaisir de vous lire.
  • 3) Commentaire de Kiri posté le 16 October 2011 à 22:41:54
    Comme dirait un grand philosophe des temps modernes : "Dans ton cul, Pyth...Peter Pan!?"
  • 4) Commentaire de Flasque posté le 20 October 2011 à 23:47:18
    Une des meilleures notes à mes yeux. (le rhinocéros dit par les petits m'a beaucoup fait rire)
  • 5) Commentaire de HC posté le 21 November 2011 à 11:02:14
    Tu confonds "imagination" et "créativité" Les enfants sont tout à fait capables de se voir dans un conte de fée, dans un dessin animé. Ils s'inventent des scènes entre copains. Un tas de coussin est tout de suite une forteresse. Mais la plupart de ces mondes imaginaires sont inspirés par d'autres. Au contraire, la créativité demande de l'expérience, de la maturité, du génie ; ce que n'ont pas les plus jeunes.
  • 6) Commentaire de Sensibilisator posté le 7 January 2012 à 14:46:35
    En fait, les tout petits ont beaucoup d'imagination, même si je suis d'accord avec Boulet dans le fond, puisqu'elle se barre, très très rapidement avec l'âge. Ca m'arrive de faire du baby-sitting, et je sais que si j'étais pas là pour mettre un peu de jus dans ses histoire de playmobils, on se ferait chier entre une bataille et une autre bataille. Non, j'ajoute des trésors, des malédictions, des défis, des noms à la con, des histoires de vengeances, des chansons de Walt Disney... Et il s'éclate et en redemande! Mais plus que ça, je crois que il y a tellement de trucs aujourd'hui et internet, donne une accessibilité telle que l'imagination est enfermée dans le carcan du libre accès... Un truc tout con, mais quand j'étais petit et que j'attendais la sortie d'un jeu vidéo, je LISAIS (sisi) un article dans un magazine de jeu vidéo, j'échangeais des infos avec mes potes, je tombais par hasard sur un reportage à la télé, juste de quoi nourrir mes spéculations (rien de financier) et mon imagination! Aujourd'hui, avant de jouer à un nouveau jeu, on en a déjà fait le tour, c'est tout juste si on arrive encore à s'étonner de certaines choses, les walkthrough pullulent sur le web... Bref, je crois qu'internet y est pour beaucoup dans le manque d'inventivité des gosses d'aujourd'hui. Mais c'est un point de vue que je n'ai pas creusé plus que ça, juste une note d'humeur que m'a inspiré cette planche et je partage le point de vue de Flasque, c'en est une d'excellente!
  • 7) Commentaire de boulet posté le 7 January 2012 à 20:58:51
    Haha alors pour le coup, je ne suis pas d'accord de A à Z. Les tout-petits n'ont pas plus d'imagination que les autres. Les grands ne la perdent pas. Les tout-petits vont parfois nous émerveiller avec des remarques touchantes ou très imagées, mais qui souvent ne sont que le reflet de la vision caricaturale, infantile, qu'ils ont du monde (je pense notamment à un lecteur qui me racontait que sa petite fille dans le bain avait peur que "les bulles du shampooing lui mangent la tête" pour argumenter en faveur de l'imagination débordante des tout-petits.) Je le maintiens, l'imagination est un truc qui se cultive, c'est basé sur l'observation du monde, sa compréhension, sur la culture, sur des images acquises. JAMAIS un enfant n'aura plus d'imagination qu'un adulte. Chez un adulte elle parait simplement naturelle, voire régressive. (Si un enfant vous montre un nuage en vous disant "on dirait un canard qui mange une pomme" vous allez vous extasier parce que "oh c'est trop mignon et pis c'est dingue cette imagination à c't'âge", en revanche si un adulte vous dit ça vous allez juste dire "Ah ouais tiens" ou encore "Ha ? Je trouve pas". Un adulte imaginatif pourra écrire un bouquin où il aura imaginé un univers complet, des personnages, des relations entre eux, une intrigue, c'est encore sur l'enfant avec ses foutues bulles qu'on va s'extasier. Simplement parce que les enfants sont mignons et que c'est cool de les voir découvrir le monde. Et concernant le "tout se perd ma bonne dame", non. Il n'y a aucune raison logique pour qu'il y ait moins d'imagination chez les gens maintenant qu'au siècle dernier. Au contraire. L'accès à la culture, au jeux, à cette multitude d'images pourrait plus facilement favoriser l'imagination que l'inhiber. La seule chose que tu as découvert avec les histoires de playmobils, c'est qu'un adulte peut aider à réveiller l'imagination d'un enfant. Quand nous étions nous-mêmes enfants nos jeux devaient être tout aussi nazes, à base de simple bagarres. Seul le filtre de la nostalgie nous donne l'illusion que c'était mieux. Maintenant, on a de l'imagination, c'est tout.
  • 8) Commentaire de Xavier posté le 6 March 2012 à 23:51:07
    Y a quand mêm un truc qui rentre pas dans ce que tu en dis Boulet. Les enfants ont certes moisn de "matériel" pour imaginer des univers entiers, moins d'expériences, etc. Mais par là ils ont aussi moins d'idées préconçues et sont donc souvent capable d'imaginer plus d'approches que les adultes. Encore que ça se manifeste effectivement moins dans la fiction, il me semble, que dans la pratique où le moindre objet du quotidien se voit souvent conférer de nombreux usages. Après il ne s'agit pas forcément d'usages inédits, mais un enfant imagine bien plus d'utilisaitons diféérente à un objet qu'un adulte, en général. Et puis l'adulte est aussi souvent, hélas, bien plus inhibé socialement dns osn imagination que le gamin (mais ça c'est juste parce qu'on est un peu concon sur les bords).
  • 9) Commentaire de Eleazard posté le 5 July 2012 à 12:59:19
    Perso je suis pas d'accord jusqu’à un certain point vu que je ne suis pas véritablement encore un adulte je pense être à même de parler de cet age. En effet la majorité des gosses n'ont pas d'imagination ou très peu ( je me souviens encore des bagarres imaginaires ressemblant à un coup de mixer entre X-men et street-fighter mais aussi de jeux faits avec une amie, des jeux qui se rapprochaient carrément à des RPG ( je n'avais jusqu'alors jamais touché à un quelconque jeux vidéos et elle non plus donc...) sur certains points semblable à des jeux vidéos que j'ai découvert plus tard (et qu'elle ignore toujours)et à plusieurs mondes imaginaires que nous avons créés, non pas sans influences puisque comme toi même tu le dis dans une de tes pages on est toujours influencé par ce qui nous entoure, mais ils restaient tout de même unique. La plupart de ces jeux ont été inventé car nous n'avions pas grand chose à faire, elle n'avait pas la télé, je n'aimais pas ça, je ne trouvais pas toujours livre à mon pied à cette époque et je ne parle même pas d'internet. Nous inventions donc par absence de référence à reproduire. La seule référence que je retrouve par rapport à nos jeux est le film terabithia qui est sortie bien après ces inventions de notre jeunesse. Donc oui les enfants peuvent avoir de l'imagination et/ou de la créativité et je remercie d'ailleurs cette amie qui m'a aidé à les développer.
  • 10) Commentaire de Djomba Gorath posté le 13 July 2012 à 16:12:48
    Personnellement, j'ai tendance à croire que "l'imagination créative" est une caractéristique de notre intellect, au même titre que, disons, la capacité d'analyse, ou la mémoire par exemple. Je ne pense pas que nous soyons tous égaux en terme de créativité. Alors certes, l'expérience a son importance, mais tout n'est, finalement, qu'une combinaison entre le talent et le travail fourni pour exploiter ce talent. Après, les enfants sont évidemment avant tout des consommateurs d'information, et il est probable que les périodes d'ennui de notre enfance aient pu nous pousser à l'effort créatif, là où la facilité à consommer actuelle retarde cet effort. Mais encore une fois, c'est probablement une généralité riche en exceptions.
  • 11) Commentaire de Sakutei posté le 13 July 2012 à 17:22:20
    C'est pourtant vrai que ça fait de la controverse... waho. Pour ma part, si je peux faire une pause-philo-comptoir sur cette note, je dirais que l'imagination n'est même pas quantifiable. Dès lors, il n'y a pas de "plus" ou de "moins". J'veux dire, un ouvrier qui cogite pour bricoler un système B, D, ou Z a une certaine qualité d'imagination qui ne sera pas la même que celle d'un artiste, d'un sportif ou d'un pêcheur à la mouche. Je pense que la résultante de l'imagination ne se limite pas à l'imaginaire justement. Et du coup, en ce qui concerne les enfants, évidement, ça fait partie de l'apprentissage, de la personnalité, du génome séléctionné par ses parents et de la consommation des fraises tagada.
  • 12) Commentaire de Toc posté le 30 October 2012 à 22:56:59
    La preuve que les enfants n'ont pas d'imagination, c'est que Peter Pan ne trouve rien de mieux à faire que d'éliminer les enfants perdus qui grandissent. Magie de l'enfance ? Mon cul, oui. Peter Pan c'est trash. C'est un personnage cruel et innocent, qui oublie toujours tout ce qui s'est produit auparavant. Il est bien joli le monde de l'enfance, mais en fait c'est toujours la même chose qui s'y passe.
  • 13) Commentaire de Quentin posté le 1 January 2013 à 13:57:20
    Les enfants recyclent mais parfois ça donne des trucs formidables... comme Axe Cop :D
  • 14) Commentaire de Séb posté le 16 May 2013 à 16:10:56
    Cher Boulet, Le mythe du talent de l'imagination des enfants ou du prétendu potentiel des rêves a la vie dure. J'ai beaucoup apprécié vos considérations sur ce double thème dans le volume 4 des "Notes", "Songe est mensonge". Cela m'a rappelé un raisonnement par endroits étonnamment proche du vôtre, dans un petit essai très accessible des années 1930 d'un certain J.R.R. Tolkien sur "le conte de fées". Ce qu'il dit dans les sections "Enfants" et "Fantasy" résonne bien avec votre propos. Pour ce faire, Tolkien distingue l'imagination, simple faculté à créer des images, de la Fantasy, l'art de leur donner "la profonde consistance du réel". En voici par exemple un petit échantillon : "Par conséquent, ils [ceux qui rejettent la Fantasy] confondent de manière inepte et même malveillante la "Fantasy" avec le rêve, dans lequel il n'y a aucun art, et avec les désordres mentaux, dans lesquels il n'y a même pas de contrôle — avec l'illusion et l'hallucination." Bref, comme je suis un grand admirateur de l'œuvre de Tolkien, mais aussi de vos "Notes", je voulais vous faire part de ce petit rapprochement qui, pour mes gouts, n'est pas sans délices.
  • 15) Commentaire de caporal Chuck de Céleri sur Poireau posté le 14 June 2013 à 12:15:06
    C'est vraiment une super note, même si son agressivité rebute Je serais ravi d'en voir une de la même trempe sur le mythe de l'innocence. Personnellement au collège je savais très bien ce que signifiait faire du mal à quelqu'un et la portée qu'une destruction psychologique peut avoir. Comme si l'altruisme se maturait par la réflexion, au lieu de se consumer comme une générosité mal aimée P.S. j'adore ce blog et je trouve hideuses les petites citations aléatoires
  • 16) Commentaire de Célestine posté le 22 June 2013 à 18:31:02
    super, c'est si vrai ! J'en vois défiler du genre. Et à côté, il y a les imprononçables, les improbables, d'autres impossibles à retenir, les "prénoms du monde" ! Quoi, pas d'imagination ? Attention il y a une faute case 12 : les enfants "on" fait. Il faut un "t" à "ont"
  • 17) Commentaire de Franck Jammes posté le 24 July 2013 à 17:07:43
    Rhô. T'as perdu ton âme d'enfant ? L'imagination, elle naît déjà en copiant et en transformant. On l'a -ou pas- à tout âge, non ?
  • 18) Commentaire de Val posté le 6 August 2014 à 21:29:54
    On dirait que d'aucuns sont bien en peine de voir mettre à mal les sois-disantes qualités de la sacro-sainte enfance. De mémoire, je peux vous affirmer que tant moi que mes camarades étant petits n'avions pas une imagination débordante. Energique et motivée, peut-être, mais faible et creuse. Comme une belle machine à laver neuve qui tournerait à vide... On ne dessinait que des maisons, des soleils et des bonshommes-bâtons, et effectivement, quand on inventait des histoires en groupe à l'école, il y en avait toujours un pour y mettre des loups... déjà à l'époque ça m'énervait... J'ai fait du baby-sitting, et j'ai pu réaliser à quel point l'enfant que je gardais était ennuyeux au possible et n'avait que des idées de jeu reprenant ses films/séries favoris... En tout cas, je suis bien contente de ne plus être une enfant et d'avoir connu suffisament de choses pour alimenter mon imaginaire... D'expérience, je vous le dit: l'enfant que j'étais n'imaginait pas plus loin que sa maison, son école, ses tits camarades et des persos de BD... et ma seule "création personnelle" était une fichue jument tout ce qu'il y a de plus banal... (et si vous, vous avez été des exceptions, tant mieux pour vous, mais ce n'est pas le cas de tout le monde...) Aussi ne puis-je qu'approuver cette note!
  • 19) Commentaire de Angra posté le 12 October 2014 à 19:52:29
    Les philosophes peuvent se mettre leur verbage là où je pense. Plus j'avance dans les études et plus je me rends compte qu'ils ne sont pas différents des critiques littéraires ou des profs démagos... ou des sophistes (qui sont un peu les super-vilains de l'histoire, et comme on dit, les super-héros ont souvent des ressemblances troublantes avec leurs Nemesis). Bref. Je crois que les enfants c'est comme les adultes: y en a (un peu) qui ont de l'imagination, et y en a qui n'en ont pas.

  • ... Ou fouillez les notes classées par mois ci-dessous:

  • Si vous voulez voir d'autres choses, voici une liste de liens à découvrir. Essentiellement la BD mais pas "que". Un peu de musique, de graphisme, d'insolite...Bref, des liens sur lesquels je traîne souvent. (Attention, certains sont en anglais !)
  • Vous êtes ici au courrier des lecteurs... Si vous voulez m'envoyer un message qui ne soit pas public, utilisez la petite fenêtre ci-dessous, ça m'enverra un mail.
    Il y a beaucoup de questions qui reviennent très souvent... Par exemple sur l'eventualité d'un passage dans telle ou telle région, ou les dates de sortie d'album...Comme je reçois beaucoup de messages, je ne peux pas répondre à chaque fois ! Souvent, ces questions ont leur réponse dans la FAQ. Elle est juste en dessous, pensez à jeter un coup d’oeil !
    Précision : ce n'est PAS une adresse professionnelle ! Pour tout ce qui est invitations à des festivals, entrevues, projets... Merci de passer uniquement par mes éditeurs.

  • Votre email (obligatoire)

    Nom (obligatoire)

    Sujet

    Votre message

    Pièce jointe :

  • Contacts professionnels

    • Pour DELCOURT (

      Notes,  La Maison Close, Donjon,…

      )
      CONTACT
    • Pour GLÉNAT (

      Raghnarok, La Rubrique Scientifique, Tchô

      )
      CONTACT
    • Pour La BOÎTE à BULLES (

      Le Voeu de Marc/de Simon

      )
      CONTACT
    • Pour BRAGELONNE (

      Tous malades, Erik le Viking

      )
      CONTACT

    F.A.Q.

    • Q : Hé moi aussi je veux un beau site comme ça, vous me le faites ?

      WordPress est un logiciel participatif, normalement chacun peut reprendre un habillage et l’adapter, rien n’est “déposé”.

      Cela dit nous avons décidé de ne pas le mettre non plus en open-source. On s’est donné du mal pour faire un truc joli et on ne veut pas que ce soit repris n’importe comment par n’importe qui. Nous avons donc préféré nous dire que nous filerions l’accès à ce format d’habillage à des dessinateurs dont nous connaissons/apprécions le travail !

      Après, personnellement, je considère la partie WordPress comme le travail d’Arnold et je le laisse complètement décider de ce qu’il veut faire avec !

    • Q : Ouah quel joli blog, comment t’as fait ?

      Je n’ai pas fait grand-chose, à vrai dire !

      Au départ il était en flash, mais devant les nombreuses râleries des internautes, j’ai décidé de passer au tout-lisible-partout. J’ai essayé d’apprendre WordPress, et au bout d’une journée j’annonçais “J’ai réussi à écrire “Bouletcorp” en bleu sur fond blanc, ça va être plus long que prévu !”.

      Sur ce un internaute, Arnold, s’est proposé pour la partie programmation. Il était enthousiaste et efficace, voilà le résultat ! Moi j’ai juste rempli de dessins !

    • Q : J’ai une super idée de scénar pour une note, je te l’envoie et tu la dessines, ok ?

      Alors non merci… Je trouve ça sympa mais le blog c’est vraiment ma petite cuisine solitaire à moi, je veux pas qu’on me propose des idées, quand bien même elles seraient excellentes que je n’en voudrais pas !

    • Q : Est-ce qu’on peut trouver les histoires du blog en album ? Tu n’avais pas dit que tu arrêtais ça?

      A l’heure actuelle (été 2014), il y a huit tomes sortis, aux éditions Delcourt, collection Shampooing.

      Tome 1 « Born to be a Larve »,

      Tome 2 « Le petit théâtre de la rue »,

      Tome 3 « La viande c’est la force »,

      Tome 4 «Songe est mensonge »,

      Tome 5 « Quelques minutes avant la fin du Monde»,

      Tome 6 «Debout mes globules ! »,

      Tome 7 “FormicaPunk”,

      Tome 8 “Les 24 Heures”,

      le Tome 9, “Peu d’Or et Moult Gueule” est à paraître en octobre 2014 (vers le 24, je crois).

      Ce tome 9 est un “repentir”, j’avais prévu d’arrêter de faire des albums à partir du 8, voilà pourquoi:

      Le blog a beaucoup évolué depuis sa création il y a dix ans (eh oui, ça nous rajeunit pas). De vide-poche/fonds de tiroir il est passé à support d’écriture. En gros, au début j’y mettais ce qui ne valait pas selon moi la peine d’être publié, et ensuite j’y écrivais des histoires finies, sans ce côté “petit truc sur un coin de table”. Et ça prenait beaucoup de temps. Au bout d’un moment j’en ai eu marre de cette obligation de poster et j’ai dit “bon j’arrête cette formule, je vais refaire n’importe quoi dans tous les sens”. Or, il s’est avéré que non. J’ai continué instinctivement à faire des histoires. Les petits dessins/fond de carnets je les ai mis sur Tumblr (bouletcorp.tumblr.com) et donc la “nouvelle formule” ressemble en fait beaucoup à l’ancienne.

      Bref, j’avais assez de pages pour faire un tome 9. Trop, même. J’ai genre déjà 70 pages du tome 10, il existera donc probablement un jour. (Il me faut 150 pages pour faire un tome, vu que sur les 190 pages, il y a d’habitude environ 40 pages d’inédits que je fais pour l’occasion)

       

    • Q : C’est joli ce traitement, c’est quoi la technique ?

      La plupart du temps, c’est du feutre tubulaire (Rotring ou Mg Aristo) sur carnet. Parfois il y a de l’aquarelle par dessus (non, l’encre Rotring ne bave pas. Pas trop en tout cas).

      Quelques notes sont des peintures numériques, c’est à dire réalisées directement à la tablette graphique sur Photoshop.

      Ces dernières années je suis passé au stylo plume “Carbon Pen Ultimate”

    • Q : Qu’est-ce que tu utilises comme matériel ? J’aimerais connaitre la marque de tes feutres, stylos, crayons, papiers, pinceaux, slips, encres, aquarelles, gommes…

      Je n’aime pas parler matériel, déjà parce que ça me force à citer plein de marques et que je n’y tiens pas. J’utilise la plupart de mon matériel par défaut, simplement parce que ce carnet est le premier qui me soit tombé sous la main. Quand je vais au magasin de matériel, je demande “je voudrais de l’aquarelle”, je ne demande pas de marque. Pareil pour le papier. Pour les feutres je les essaie sur place et je prends ceux qui me plaisent. Pour les pinceaux j’en ai deux ou trois que j’utilise depuis près de cinq ans, ils sont mâchonnés, je ne vois même plus la marque.

      Le seul truc un peu récurrent c’est le Rotring isograph 0.35, que j’utilise assez souvent. Il existe quasiment le même moins cher, le Mg Aristo 0.35. Ce sont mes stylos qui font plein de petits traits. Sur les dernières années c’est un nouveau stylo (il y a même une note qui en parle) c’est le Carbon Pen Ultimate. Voilà vous savez tout.

    • Q : C’est bientôt l’anniversaire du neveu de ma belle-soeur: tu lui envoies un dessin, ça lui ferait tellement plaisir !

      J’aimerais vraiment pouvoir faire plaisir à tout le monde. Mais c’est impossible.

      Je travaille beaucoup sur des scénars, des albums, et je fais du blog (Qui, maintenant qu’il est publié, peut être vu comme du travail d’avance). À côté de ça je dessine encore. Pour des copains, pour des trucs des machins. Pour faire des recherches.

      Malgré tout il me reste du temps libre, mais ce temps libre j’en ai besoin. J’aime bien comme tout le monde regarder des films, des séries, ou tout simplement glander chez moi. Donc ce temps libre je le garde jalousement. J’en suis désolé mais ne peux donc pas répondre à ces mails, même si je suis toujours flatté quand on me demande, bien sûr… La raison est que je reçois ce genre de demandes cinq à dix fois par semaine et que ça me prend trop de temps d’expliquer à chaque fois, en m’efforçant de ne pas trop passer pour un connard (cette FAQ n’a pas aidé ! Sauf que maintenant la plupart des mails terminent par “je sais que tu ne fais pas ce genre de dessins d’habitude, mais qui ne tente rien n’a rien !) :)

      Les moments où je fais des dessins pour faire plaisir, ils existent, ce sont les séances de dédicaces. J’en fais beaucoup, il y a vraiment moyen de me rencontrer si on le veut. Mais par correspondance je ne peux pas. Pas le temps, pas l’envie, pas l’énergie pour !

    • Q : J’ai une petite entreprise / je suis étudiant / Je monte un projet / et j’aurais besoin d’un designer pour refaire le logo de la boîte / trouver un visuel pour notre congrégation / travailler sur la partie graphique… On a un petit budget et on voudrait que tu le fasses

      Mon travail dans la BD m’occupe déjà beaucoup, je ne fais donc pas de boulots de commande. Il peut arriver que j’en accepte un de temps en temps si vraiment l’idée m’amuse, mais globalement, pour tout ce qui concerne les logos et autres ce n’est vraiment pas la peine de me demander…

      Concernant les budgets, je voudrais préciser une chose plus générale (après tout si vous lisez cette question, c’est peut-être que vous cherchez un dessinateur, et qu’après moi vous allez en contacter un autre) : le dessin c’est un métier. Si vous voulez des dessins, il faut prévoir un budget-dessins. J’ai reçu beaucoup de demandes de dessins qui commençaient par “malheureusement nous avons un budget réduit et la partie programmation coûte cher…” ou alors “nous espérons que le site rapportera assez pour pouvoir vous payer très vite”. Je ne réponds même plus à ça.

      Imaginez-vous écrire à l’informaticien “malheureusement nous avons un budget réduit et la partie graphique coûte cher…” pour lui demander de programmer à l’œil. C’est idiot, non ? Eh bien dans l’autre sens, c’est pareil.

      Mon conseil si vous voulez être un bon commanditaire et non un exploiteur: ayez une somme honnête à proposer au dessinateur dès le départ. À lui d’accepter, de négocier ou de refuser ensuite. N’y allez JAMAIS la bouche en cœur et les mains vides.

    • Q : Je suis journaliste / étudiant / organisateur de festival et j’aurais besoin de te contacter pour faire une interview / un devoir en classe / t’inviter au festival « moules et bulles »

      Comme indiqué plus haut, le formulaire de mail est un formulaire personnel, non professionnel: si vous souhaitez une rencontre pour un article ou alors me contacter pour un festival, une conférence ou autre, je vous saurais gré de passer par l’attaché de presse ou le responsable évènementiel de la maison d’édition concernée. (Pour tout ce qui concerne le blog: Delcourt, donc !)

      C’est -j’avoue- un peu pour filtrer les demandes pas sérieuses, mais aussi surtout parce que j’ai un cerveau en polystyrène et que j’oublie tout, donc si je gère moi-même, j’ai tendance à zapper les dates, ou alors à accepter deux trucs le même jour… Bref, l’organisation c’est l’enfer pour moi.

      Concernant les interviews qu’on me propose de temps en temps, c’est un exercice que je trouve plutôt désagréable, je préfère autant que possible éviter de parler moi-même de mon travail. J’ai eu beaucoup de mauvaises surprises en la matière (propos écourtés, déformés, caricaturés) et du coup j’ai tendance à refuser systématiquement, ou alors à trier beaucoup. Là encore, la charmante Maud chez Delcourt fait du très bon boulot, me propose tout ce qu’elle a reçu d’invitations, et nous faisons un planning ensemble.

    • Q : Alors comme ça tu fais des albums ? Y’a quoi, en gros ?

      J’ai fait à ce jour :

      Chez Glénat :

      -Raghnarok

      Tome 1 : Dragon Junior

      Tome 2 : Fées et Gestes

      Tome 3 : Terreurs de la nature

      Tome 4 : Légendes urbaines

      Tome 5 : Tempus Fugit

      Tome 6 : Casus Belli

      -La Rubrique Scientifique

      Tome 1

      Tome 2

      Tome 3

      -Le Miya (avec les participations de Reno, Julien Néel et Libon)

      -Womoks (au scénario, dessins de Reno)

      Tome 1 : Mutant, suspends ton vol…

      Tome 2 : Le croiseur s’amuse

      Tome 3 : Albon, les brutes et les truands

       

      Chez La boîte à bulles :

      -Le vœu de…

      Tome 1 : Le vœu de Marc (coscénariste avec Nicolas Wild, dessin de Lucie Albon)

      Tome 2 : Le vœu de Simon (coscénariste avec Lucie Albon, dessin de Lucie Albon)

      -Amour et Désir (Collectif, sept pages sous l’identité d’Ella Forbin)

       

      Chez Delcourt :

      -Donjon (avec Lewis Trondheim et Joann Sfar au scénario, et Lucie Albon à la couleur)

      Tome 5 : Un mariage à part

      Tome 6 : Retour en fanfare

      -Notes

      Tome 1 : Born to be a larve

      Tome 2 : Le petit théâtre de la rue

      Tome 3 : La viande, c’est la force

      Tome 4 : Songe est Mensonge

      Tome 5 : Quelques Minutes avant la Fin du Monde

      Tome 6 : Debout mes globules !

      Tome 7 : Formicapunk

      Tome 8 : Les 24 heures

      Tome 9 : Peu d’Or et Moult Gueule (à paraître en octobre 2014)

      -Chicou-Chicou (sous l’identité d’Ella Forbin, avec Aude Picault, Domitille Collardey, Lisa Mandel et Erwann Surcouf)

      -Boule de neige (collectif des 24h de la BD d’Angoulême)

      -La Maison Close (collectif mené par Ruppert et Mulot)

      -La Page Blanche (au scénario, avec Pénélope Bagieu au dessin)

      -L’homme qui sauva le Monde – et autres sources d’étonnement (collectif, récits de Patrick Baud, avec Erwann Surcouf, Adrien Ménielle, Libon, Capucine, Marion Montaigne…)

       

      Chez Bragelonne :

      -Tous malades ! (illustrations avec d’un collectif mené par Neil Gaiman, avec Reno et Mélaka)

      -Erik le Viking (illustrations du livre de Terry Jones)

      -L’almanach illustré 2008. (textes de Laurent Genefort et Gudule)

      -Bordemarge (illustration de couverture du livre d’Emmanuelle Nuncq, collection Castelmore)

      -Les Stagiaires (illustration de couverture du livre de Samantha Bailly, collection Milady)

       

      Chez Nekomix :

      -Soupir (collectif)

      Tome 1, 2008

      Tome 2, 2009

      -Nekomix 7 spécial cinéma (collectif)

       

      Chez Barclay-Universal :

      -Repenti (Illustrations pour l’album de chansons de Renan Luce)

       

      Chez Fleuve Noir

      -Juste après Dresseuse d’Ours (Dessin de couverture pour le livre de Jaddo)

       

      Chez Lulu.com

      -L’Homme qui Sauva le Monde – et autres sources d’étonnement (Illustration intérieure pour le livre de Patrick Baud)

       

      En auto-édition

      -Augie and the Green Knight (illustrations pour le livre de Zach Weinersmith) à paraître début 2015

      On les trouve pour la plupart dans toute bonne librairie qui se respecte (sauf le livre de Patrick Baud qui s’achète exclusivement chez Lulu.com) même si il faut souvent les commander !

       

    • Q : Je peux passer une de tes pages dans mon magazine / utiliser ton dessin pour un T-shirt / utiliser un dessin ? / reprendre une note pour mon blog ?

      Hééé non. C’est à moi. Rien qu’à moi.

      Pour toutes les pages qui sont parues en album, de toute manière, il faut passer par Delcourt, l’éditeur. Pour les planches qui ne sont pas encore publiées, c’est avec moi, mais je vous dirai non.

      Il y a toujours des cas particuliers, bien sûr:

      - Si vous voulez juste une page pour illustrer un mémoire/une thèse (comme ça m’a déjà été demandé), si vous voulez en imprimer une à 30 exemplaires pour un cours parce que vous êtes prof… Là pour le coup c’est presque toujours oui si ça se justifie, mais il faut quand même me demander par mail !

      - Si vous parlez du blog dans un article, par exemple, et que vous voulez l’illustrer d’une image, vous avez tout à fait le droit sans demander ! (il doit cependant s’agir d’un extrait, et il doit y avoir les mentions auteur/lien vers le blog, ce dernier en cliquable si l’article est sur le net)

    • Q : Est-ce que je peux parler de ton blog ? / Mettre un lien vers ton blog sur le mien ?

      Curieusement, je reçois vraiment ce genre de demande !

      Eh bien oui, bien sûr ! Avec plaisir, même ! Et merci beaucoup !

    • Q : J’habite à [Nom de votre patelin], quand est-ce que tu viens dédicacer ? / Seras-tu à [...]bulles, le festival BD de [...] ?

      C’est une des demandes que je reçois le plus… Je ne peux pas vous répondre à tous !

      La réponse est d’ailleurs simple: je n’en sais rien ! Je vous explique comment ça se passe, les invitations en festival, en gros:

      Ce sont les festivals qui invitent, déjà, pas l’inverse… Je ne choisis pas qui m’invite ou non ! Quand un festival/libraire m’invite, j’accepte ou je décline en fonction de mes disponibilités, et ensuite je l’annonce sur Facebook / en fin de note.

      -Si je n’ai pas annoncé que je passais dans votre ville, c’est que ce n’est pas prévu

      -Je n’ai aucune idée de quand je passerai, ni même si ça se fera un jour.

      En résumé: Si vous voulez absolument que je passe à un festival, il faut demander aux organisateurs ou à votre libraire qu’ils contactent Delcourt pour m’inviter. À moi, ça ne sert à rien de demander. (C’est même souvent frustrant ! Quand on me dit “tu viens quand à Tahiti ?” j’ai envie de répondre “Oui ! QUAND ? QUAND ? S’il vous plaît, QUAND ?”)

    • Q : J’appartiens à une asso de défense des [votre cause] / Je participe à un concours / Je lance un site sur [votre thème] et j’aurais bien besoin de buzz, tu peux en parler sur ton blog / ta page Facebook ?

      Non, je regrette.

      -On m’a déjà demandé de participer à de nobles causes, mais ce n’est tout simplement pas l’endroit. Mon blog est un lieu de fiction et de détente. Je ne veux pas qu’il en soit autrement. J’ai UNE fois accepté par faiblesse de parler d’une manif: déjà ça n’a rien changé, personne n’est venu (c’était facile de compter: ils étaient 20 là-bas.), et le lendemain, on m’écrivait à nouveau pour me soumettre trois nouvelles nobles causes à défendre. Je ne le fais plus. Je sais que j’ai une relativement grosse audience, mais je ne crois pas une seconde à un quelconque statut d’influenceur, surtout pas en termes politiques ! En tout cas je n’ai aucune vocation pédagogique. Défendez vos causes, et laissez-moi dessiner tranquille.

      -On m’a demandé de soutenir des vidéos, des sites, des blogs. Déjà, les gens qui proposent ça ne se posent que très rarement la question “ai-je fait du bon boulot ?” (la dernière en date étant une affreuse vidéo musicale avec un son de chiottes). Ensuite, je ne parle que des trucs qui me plaisent. Je ne ferai jamais de pub “pour faire plaisir”, parce que zut.

    • Q : Nous voudrions faire un partenariat commercial / on vous invite à [spectacle, concert] / on vous envoie [tel livre, CD, DVD] si vous en parlez sur votre blog

      Là encore non, ça ne m’intéresse pas…

      Je ne fais pas de pub sur demande. Jamais. Ni payée, ni échangée, ni gratuite. Je n’aime pas la pub, directe ou indirecte. Sur le blog il n’y a ni annonces google, ni pop-up, ni bannières qui clignotent, et ça restera comme ça.

      Certains ont été plus subtils et plus courtois en m’invitant à des spectacles et en me disant que j’en parlais si je voulais, sans aucune obligation. C’est gentil, mais par principe, je refuse aussi. Parce que je sais que DE TOUTE FAÇON, je n’en parlerai pas.

      En revanche si vous voulez me faire découvrir votre livre/spectacle/concert comme ça, de manière complètement désintéressée, ce sera avec plaisir si je peux !

    • Q : Je voudrais faire un stage chez un dessinateur, prenez-vous des stagiaires ?

      Hélas non…

      Je travaille soit chez moi, soit dans un atelier partagé avec des amis.

      Dans le premier cas, je n’ai aucune envie d’avoir un(e) jeune inconnu(e) chez moi, entre ma vaisselle et mes slips. D’autant que je dessine en solo, sur des carnets. Je ne saurais pas trop quoi demander à un stagiaire !

      Dans le second cas, c’est un espace de travail plutôt exigu que nous nous partageons à quatre ou cinq selon les jours. Je ne peux pas imposer ça aux autres !

    • Q : Je voudrais t’acheter un dessin existant / Passer une commande payée / Acheter une page originale

      Là encore: je ne vends pas d’originaux… Je ne suis pas fan du commerce de planches de BD avec son système de cotes et tout.

      Pour le moment je n’ai pas trop besoin de sous. Les ventes, je réserve ça pour mes vieux jours, peut-être.

    • Q : Au secours ! J’ai posté mon commentaire 27 fois et il n’apparaît pas !

      Contrairement à l’ancienne formule sous flash qui était en elle-même un filtre à spam remarquable (les robots ne pouvaient pas “voir” l’intérieur du site et donc laisser de messages) le format WordPress est un peu la grande poubelle d’internet. Je reçois environ 80 spams par jour dans les commentaires, du coup Arnold a dû installer des filtres pour endiguer tout ça.
      Le problème c’est que du coup il peut y avoir un léger temps de réaction entre le clic et l’apparition en ligne du message.

      QU’EST-CE QUI AFFOLE LES FILTRES À SPAM ?
      -Si vous avez mis des termes tels que Lol, Mdr, preum’s, ils n’aiment pas. On a mis un filtre exprès pour éviter le langage Skyblog.
      -Si vous avez posté huit liens dans le même message, ça ne plaît pas non plus. La plupart de ceux qui font ça vendent des Rolex ou du Viagra.
      -Vous avez tenté de faire votre malin avec des balises html
      -Vous n’avez pas rempli les champs Nom-mail-site (ce n’est pas une obligation, bien sûr, mais un message “anonyme” est plus suspect !)

      PAS DE PANIQUE.
      -Soit votre message est en attente et va s’afficher tout seul comme un grand
      -Soit il a été mis “en attente de relecture” et le site m’a envoyé un bat-signal pour que je vienne le lire et l’approuver/le mettre à la corbeille.
      -Soit il est allé dans les spams, et je les vérifie de temps en temps avant de les effacer.

      QUE FAIRE / NE PAS FAIRE POUR QUE MON MESSAGE APPARAISSE ?

      IL NE SERT À RIEN:
      -De le reposter quarante cinq fois
      -De rajouter un message pour dire “bouhou mon message n’apparaît pas”
      -De m’envoyer un mail quatre secondes après

      IL EST UTILE:
      -De patienter cinq minutes
      -De patienter une heure de plus
      -Éventuellement de m’envoyer un mail ou de poster un message pour me prévenir s’il n’y a rien au bout de quelques heures.

    • Q : Mon commentaire est passé à la trappe ! Y a-t’il de la censure ?

      Il n’y a pas de censure, non !
      En revanche il y a quelques règles de conduite. Disons que si vous arrivez super énervé et que vous commencez à insulter (moi ou d’autres), il y a de fortes chances pour que vous ressortiez avec un joli tampon “Spam” sur le front et qu’on entende plus trop parler de vous.
      Le site a quelques filtres automatiques aussi, pour mettre en attente les commentaires pleins de “Preum’s”, “Lol”, “Mdr”.
      Ces tics me gonflent au plus haut point, du coup si vous avez posté pour dire juste “ouais je suis le premier !”, je vais implacablement vous diriger vers la poubelle.
      En revanche je ne censure pas, je laisse entrer dans la discussion même les gens qui ne sont pas d’accord avec moi, tant que ça reste poli !

    • Q : Hey, je peux utiliser un de tes dessins/une de tes pages pour faire un film/ illustrer mon article/parler de la BD en ligne/illustrer mon cours/mon mémoire/ma thèse?

      Grande question. Et question très compliquée. Prenons ça point par point:

       
      ADAPTATION AUDIOVISUELLE: Non, techniquement, vous n’avez pas le droit. Quand les Notes paraissent chez Delcourt, je leur cède les droits audiovisuels. Du coup, pour faire un film, il faut voir ça avec Delcourt. Cependant ça ne concerne que les notes déjà parues en livre. Les autres m’appartiennent à moi et rien qu’à moi. (par exemple, les deux dernières années de publication en ligne ne sont sorties nulle part.) Dans ce cas, c’est donc bien à moi qu’il faut demander. Pour le moment personne ne m’a proposé une “vraie” adaptation avec budget, producteur et tout. Si c’est le cas, je vous dirai systématiquement non si vous venez avec l’argument “on n’a pas beaucoup de budget, on pensait te donner un petit pourcentage si le film gagne des sous”. Si vous mettez un budget pour les caméras, les lumières, les transports, vous devez mettre un budget pour l’histoire, c’est la moindre des choses. Vous me proposez une somme, un pourcentage, et on négocie.
      Concernant les films de fin d’études/films entre copains pour déconner, je vous dirai systématiquement oui, à condition d’être prévenu AVANT (n’arrivez pas avec le truc fini ou je vous casse la gueule à vous, à votre mère et à votre chien) et qu’il n’y ait aucune exploitation commerciale derrière (toute exploitation commerciale devra faire l’objet d’un contrat.)

       

      UTILISATION DANS UN JOURNAL/SUR INTERNET: Je vais préciser ma réponse précédente: je suis assez partisan du “Fair Use” anglo-saxon. C’est à dire que tant que ça reste de l’exemple, je ne fais pas chier (par exemple: vous écrivez un article sur les blogs, il vous faut une ou deux cases pour parler du mien, ne me dérangez pas pour si peu, prenez et utilisez. Mettez juste toutes les références, et un LIEN CLIQUABLE VERS LE BLOG si c’est pour Internet.) en revanche si mon dessin sert à ILLUSTRER l’article, il vous faut mon accord, et si c’est publié: des sous. La différence est subtile, mais si par exemple vous devez faire un article sur la SF, vous n’avez pas le droit d’utiliser mes dessins de vaisseaux/planètes/aliens pour le faire. Même avec les références. Dès le moment où ça devient de l’illustration et plus de l’EXEMPLE, vous devez me contacter et me demander.

       

      POUR UN MÉMOIRE, UNE THÈSE, UN COURS: Je suis un ami du savoir et de la connaissance. Encore une fois, s’il n’y a pas de publication payée derrière, je suis plutôt pour l’utilisation sauvage de mon travail à des fins pédagogiques. Scannez, imprimez, copiez, faites vous plaisir. Les conditions sont: il faut que ça reste dans un petit cercle, ne génère pas d’argent, et soit à but pédagogique.

       

      IL EST HORS DE QUESTION D’UTILISER MON TRAVAIL POUR: des actions militantes, politiques ou religieuses. Si vous mettez un de mes dessins sur un truc d’extrême-droite, une “Manif pour tous” ou un texte religieux/créationniste ou autre, je vous défonce, vous et vos enfants, votre parti et votre église. :)